Loading...
  • Portfolio Slider Image

CONTACT

  • Collection Serge Aboukrat (Paris)

LUMIÈRE SUR PIERRE ÉTAIX

À la fois acteur, réalisateur, écrivain, dessinateur, affichiste, artiste de cabaret, de télévision, de music-hall, de cirque - clown sous le nom de Nino, le parcours de Pierre Étaix est lié au comique et à l’admiration qu’il porte aux grandes figures des films comiques tels que Charlie Chaplin, Buster Keaton.

Originaire de Roannes, 1928, où il passe son enfance, Pierre Étaix monte à Paris très jeune où il fait la connaissance de Jean- Claude Carrière, avec qui il partage un même goût pour les films comiques américains de la grande époque. Ensemble, ils écrivent et réalisent deux courts- métrages : « Rupture » qui eut un Oscar à Hollywood et « Heureux Annniversaire ». D’autres collaborations suivront : « Le soupirant » et « Yoyo » qui rend hommage au monde du Cirque qui le fascine et dont il fonda (en 1973) avec sa première épouse, Annie Fratellini,  « L’ École Nationale de Cirque ». Il rencontre Jacques Tati, en 1954, pour lequel il travaille comme dessinateur et gagman à la préparation de son film « Mon Oncle » ainsi que dans « Jour de fêtes », mais cette fois en tant qu’acteur.

Il serait long de décrire la carrière cinématographique, le parcours de Pierre Étaix, d’autant que ses films ont été empêchés d’être vus bien longtemps, trop longtemps. Après des années de litige au sujet des droits empêchant leur exploitation, Pierre Étaix a enfin récupéré, en mai 2010 ce droit, son droit. D’autant que ces films faisaient l’objet d’un nouvel intérêt comme « Yoyo », qui fut restauré par La Fondation Groupama pour le Cinéma, en 2007. Cette année au Festival de Cannes a été projeté le film de Pierre Étaix : Le Grand Amour. À la rentrée, à notre grand plaisir, ses films seront commercialisés en DVD. Enfin, nous pourrons revoir certaines perles du cinéma français.

De ces années de litige, de « ses » films non visualisés - pendant longtemps, trop longtemps - ont fait, quelque peu oublié, surtout dans la génération des 25 ans, ce grand personnage. Il fut soutenu dans son combat par toute les grandes personnalités du monde du cinéma et des milliers d’admirateurs, soutien relayé par internet  dont L’association des Amis de Pierre Étaix* relatant  les diverses actualités de ce grand artiste. D’une si grande discrétion dans cette société de l’image, du paraître, unique représentant  français du « slapstick », comique du temps des films muets – tout comme Jerry Lewis aux États - Unis, Pierre Étaix est reçu en rendez-vous au ministère de la Culture où plutôt que de répondre à la première question :  «Alors, Racontez - moi un peu votre parcours ?», il se leva et parti. Sans oublier un discours d’un de nos ministres de la Culture, lors d’un éloge funèbre sur un de nos grands comiques : « Il sera accueilli au Panthéon des artistes comiques et sera au coté de Pierre Étaix !!! ».  L’oubli, considéré comme une faute majeure dans le judaïsme, arrive vite si l’être humain ne prend pas garde. Tout en pensant à ce mot de Nietzsche : « L’Homme envie l’animal qui oublie aussitôt ».

Remarquable dessinateur, auteur de nombreux ouvrages dont « Le carton à Chapeaux », « Stars Systèmes » ou « Croquis de Jerry Lewis », Pierre Étaix signe, en 1982, sa première pièce de théâtre :  « L’âge de Monsieur est avancé », dont il réalise une adaptation télévisuelle et interprète le rôle principal avec pour partenaires Nicole Calfan et Jean Carmet. La mise en scène raffinée et d’une grande intélligence sert parfaitement l’humour boulevardier de ce beau texte en hommage à Sacha Guitry.

Entre temps, il collabore à la sortie en DVD de l’intégrale des courts-métrages de Buster Keaton.

En 2005, Pierre Étaix entreprend une et une seule série de douze photographies, qui furent éditées à dix exemplaires chaque pour l’exposition que je lui avais organisée, en 2006. Immortalisant certaines grandes scènes du cinéma comique, autour des douze plus grands comiques de l’histoire du cinéma muet, elles vont nécessiter la construction de douze mises en scènes ; douze maquettes différentes, malheureusement en partie détruites, où avec des bouts de carton, papier journal, mécano, dominos, Pierre Étaix réalise en miniature des petits mondes enchanteurs.

Max Linder, Charlie Chaplin, Buster Keaton, Stan Laurel et Oliver Hardy, Harold Lloyd, Harry Langdon, Fatty Harbeckle, W.C Fields, les Max Brothers. Les douze plus grands comiques dans l’histoire du Cinéma.Tous, passés par le cirque ou le Music-Hall, ont marqué le cinéma burlesque. Pierre Étaix leur rend hommage, représentés « en toute complicité » en jouets, poupées - clin d’œil, allusion, à leurs parcours. Ces photographies sont « des jouets pour nos âmes de spéctateurs ». Dans chacune un message, un rappel des années  où le Rire était Roi et l’Insouciance, Reine. L’importance du rire ou de faire rire chez Pierre Étaix est primordiale car celui-ci élève et suppose une exigence qui est la condition de l’art. Il n’y a pas d’Art sans humour.